Sagesse du Petit Prince

petit-prince.jpg

    —– Qu’est-ce que signifie « apprivoiser »? C’est une chose trop oubliée, dit le renard. Ca signifie « créer des liens » —–

Le Petit Prince est un des rares livres qui m’ait été donné de lire et qui m’a vraiment touché par la beauté des réflexions qu’il contient. Souvent il m’arrive de regretter de trop m’impliquer dans une relation ou encore dans un travail qui m’a pris beaucoup de temps à faire et qu’au final je n’arrive pas à distinguer sa véritable importance. Perdue dans ces pensées, je me suis mise à relire Le Petit Prince il y a quelques jours. Ahh quel bonheur de se plonger dans cette innocence de l’enfance!

Que me dit Le Petit Prince quand je me décourage de toujours tenter de créer des liens, chercher du sens dans une relation?

    Le Petit Prince s’en fût revoir les roses. Vous êtes belles, mais vous êtes vides, leur dit-il. On ne peut pas mourir pour vous. Bien sûr, ma rose à moi, un passant ordinaire croirait qu’elle vous ressemble. Mais à elle seule elle est plus importante que vous toutes, puisque c’est elle que j’ai arrosée. Puisque c’est elle que j’ai mise sous globe. Puisque c’est elle que j’ai abritée par le paravent. Puisque c’est elle dont j’ai tué les chenilles (sauf les deux ou trois pour les papillons). Puisque c’est elle que j’ai écoutée se plaindre, ou se vanter, ou même quelquefois se taire. Puisque c’est ma rose.

En effet, perdre du temps dans une relation ou une passion peut paraître parfois décourageante mais au moins on a eu une occasion de créer des liens, de dominer notre égo personnel en allant à la découverte d’autrui, de combler le vide tellement désespérante que serait notre vie si on n’avait pas d’amis ni de passions qui nous anime. Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître, dit encore Le Petit Prince, ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n’existe point de marchands d’amis, les hommes n’ont plus d’amis. La société de consommation dans laquelle nous vivons nous poussent souvent à privilégier les biens matériels aux dépens de la satisfaction affective, il est peut-être temps que nous nous retournons aux valeurs essentielles: voir le monde à travers des yeux d’enfants, avoir de la douceur, de la tendresse pour autrui, être moins égoïste. Sûrement que nous avons tellement bien grandi qu’on a perdu toutes ces sensations d’enfance, on est tellement encarcanés dans notre vie d’adulte qu’on a perdu cette ancienne innocence dans nos comportements.

Finalement, je me dis que je n’ai rien perdu en voulant apprivoiser ma « rose » parce qu’elle est unique maintenant. Elle porte mon empreinte, je peux la reconnaître parmi tant d’autres d’un seul coup d’oeil, quelque part elle est ma petite fierté. Mais ma rose ressent-elle la même chose que moi de son côté? Ou bien, elle est devenue tellement adulte qu’elle ne voit plus ces subtilités?

    —– Adieu, dit le renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux —–

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s