Friends

friends.jpg Elle a 6 ans et va faire une soirée pyjamas avec ses copines dans sa grande maison

Elle (l’Autre) vient la chercher tous les mercredis pour son cours de poney. Très assidue, discrète et d’apparence sérieuse, elle ne rate jamais ce rendez-vous pour pas que sa copine fasse le trajet toute seule. En plus, on la ramène en voiture donc c’est tout benef pour Elle.

Malgré ça, Elle ne veut pas l’inviter à sa soirée: « nan j’ai pas envie, en plus j’invite déjà 6 copines et il n’y aura pas assez de place pour elle (l’Autre).

La sélection des copains/copines se font très tôt. Pauvre petite Autre qui malgré son dévouement ne peut entrer dans son cercle d’amis à Elle car elle n’est peut-être pas dans le même moov’ que le groupe. Cette anecdote m’a fait rappeler comment je m’étais liée d’amitié avec les autres quand j’étais encore à l’école.

Quand j’y réflechis bien, et ça s’est surtout confirmé au collège, c’est que celles qui sont devenues mes très bonnes copines après, je les sentais pas du tout au début. Limite on se regarde en chiens de faïence comme pour se jauger, comme pour se dire: « Ahh elle, est-ce qu’elle pourrait être sympa si elle devient ma copine? ». Mes « futures copines » avaient une fâcheuse tendance à me dévisager ou être curieuse de moi sans vraiment oser venir me parler. Je sais pas c’était peut-être aussi réciproque de ma part. Ainsi, il arrivait que ça passe 3 mois depuis la rentrée qu’on se regardait juste comme ça. Et que par une coincidence inattendue – on nous met ensemble au même banc par exemple – et on commence alors à engager des conversations bien menues au début mais qui au fil du temps devenaient de grandes connivences qui vont forger l’amitié. Il fallait juste casser la glace. Je n’étais pas une grande amie des grandes extraverties ou des « stars » de la classe. Je ne m’enrolais pas dans les groupes. J’aimais bien ce côté mystérieux des gens qui me donnait plus envie de les connaître mieux.

Conclusion: si j’étais à la place d’Elle à cette époque, j’aurai invité l’Autre à la soirée pyjama au lieu du groupe. C’est curieux les amitiés de gamins …

7 réponses à “Friends

  1. moi je suis une sociopathe…mais bon je crois tout le monde le sait maintenant…ou l’a subi…et le pire c’est que je n’ai pas une once de regret sur la conscience,…
    pas grave!!!!!

  2. rien de plus dur que la vie de gosse.
    j’etais très timide (réservée diront les profs) quand j’étais plus petite. c’est ptet encore le cas d’ailleurs mais j’ai juste acqui un peu plus d’assurance.
    Ce qui m’arrivait souvent c’est d’être toute seule pendant un trimestre en arrivant dans ma nouvelle école… et après c’est catastrophe: je deviens la bavarde de la classe.

    mais bon! j’ai pas eu le même problème que elle parce que je n’invitais jamais personne chez moi! loooool

  3. Moi aussi j’etais potes avec les « autres », les mecs nuls en classe, ceux qui savaient pas bien parler Français, les mecs « à problèmes », etc.

    Et bien c’etait sans aucun doute avec eux que j’ai appris la tolérance et cet anti-racisme un peu maladif parfois😀

  4. jo> je te connais pendant ta phase sociophile alors je peux rien te reprocher😛

    piso> on est pareilles, on a besoin de temps d’adaptation😉

    AdriM> very good character😉

  5. ça sonne bien en effet😆

  6. moi je suis réservée au début. Je jauge comme tu dis:). Mais après, tout marche comme sur des roulettes.

    Et comme pisso j’ai toujours été la bavarde de la classe sauf à la fac où je suis devenue un petit peu sérieuse 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s